J’ai sex’té pour vous… l’harmonie du couple par Alain Héril

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Alain Héril, c’est un sexologue français touche-à-tout et un sex’cellent communiquant. Il a signé des articles sur de nombreux médias comme www.psychologies.com, doctissimo.fr, Femme Actuelle, L’Express ou encore Marie-Claire, il dirige des formations sexo (Indigo Formations) et a déjà écrit une bonne petite pile de bouquins (que je vous laisse découvrir sur son site). Bref, difficile de refuser une invitation à l’une de ses conférences, en particulier quand celle-ci parle de « l’harmonie du couple ». 

« Enfin… » ai-je pensé naïvement « …je vais avoir LA réponse à l’une des GRANDES questions de l’Univers : comment bien vivre sa relation amoureuse ? »

Et bien, figurez-vous que je n’ai pas obtenu ma recette miracle (ben, quoi ? On peut croire au Père Noël, non ?) mais je ne baisse pas les bras pour autant !

Le couple 2.0 par Alain Héril

A la fin de la conférence, alors qu’Alain nous avait donné plein de « trucs et astuces » (bien numérotés dans des listes) pour faire durer notre relation dans le temps , je suis allée lui poser cette question qui me trottait dans la tête depuis le début de son discours : Pourquoi, en 2015, avons-nous autant besoin « d’apprendre à vivre en couple ». Ce n’est pas si « naturel » que ça, finalement ?

« Le couple que l’on connait actuellement n’est pas « naturel ». Cela fait un siècle et demi que l’on se marie par « amour ». Avant, ce type de couple n’existait pas, c’était plutôt des arrangements financiers ou des mariages de raison. Maintenant que les femmes ont obtenu une autonomie financière, cela redéfinit la place des deux sexes au sein de la relation. Le couple tel qu’il est à l’heure actuelle est en train de se réinventer. C’est pour cela que beaucoup de couples sont accompagnés, font des thérapies. De toutes les études qui sont faites, personne ne sait ce que seront les couples occidentaux dans trois générations. Ces enjeux là sont nouveaux, et chaque relation trouve sa propre solution. »

Et une des façons de trouver « sa propre solution », c’est d’être ouvert sur toutes les pratiques, de développer sa créativité (et sa cul-riosité) sexuelle et de ne pas se cantonner à un schéma précis imposé. Parce que -SCOOP- personne n’a la réponse sur « la forme idéale du couple ». Mais on a des pistes…

Des conseils sexo de plus en plus demandés

Notre sexologue intervenait dans le cadre d’une formation pour Soft Paris, une agence de vente à domicile d’accessoires coquins. Au quotidien, les ambassadrices de la marque sont confrontées aux problématiques de couples qui souhaitent pimenter leur vie sentimentale. Peur de l’engagement, pression dûe à la performance et à la nécessité d’être « épanoui à tout prix »… de nos jours, le « bien-être du couple » est mis à rude épreuve !

D’après Anne-Charlotte Desruelle, cofondatrice de Soft Paris

« Une ambassadrice est confrontée à des questions très intimes de la part de ses clients. Cela fait 10 siècles que le plaisir féminin a été mis sous cocotte et depuis les années 60, ça commence doucement à se réveiller. Aujourd’hui, il y a un mouvement sociétal qui fait que le couple est en train de changer et c’est à travers la communication et la créativité qu’il va pouvoir entièrement se révéler. ».

Et la créativité, Alain Héril n’a pas hésité à en faire largement la promotion lors de son (excellent) module sur la soumission/domination. De ce que j’ai retenu, d’une, il distingue la domination/soumission des jeux purement sadomasochistes. De deux, à propos de ce fameux ’50 Nuances de Grey’ : quoiqu’on en pense, cela permet de mettre un coup de projecteur sur le désir sexuel sauvage de la femme. De trois ces pratiques permettent de redécouvrir son partenaire à travers des jeux de rôles et ainsi conserver la curiosité de l’autre nécessaire au désir sexuel.

« Le » conseil que j’ai particulièrement apprécié : « Avant de faire « l’amour » ensemble, il vaut mieux faire « l’humour » ensemble. » Apporter un peu de légèreté et de bonne humeur au couple est une des clés pour dédramatiser les problèmes sérieux (ou que l’on s’imagine sérieux) et de faire de notre relation une source de « bien-être » au quotidien.

Parce que sinon – soyons honnêtes – partager sa vie avec quelqu’un sans le sourire en coin complice, ça sert à quoi ?

Et pour les p’tits curieux qui souhaiteraient une ambassadrice de Soft Paris pour organiser une soirée, je vous conseille d’en contacter une que je connais bien : Laetitia.


 

Leave a comment

Your email address will not be published.

*