Je draguais des filles sur le net pour un autre…

Clémence O nous offre une autobiographie déroutante à travers son dernier livre « Z. Tumeur Amoureuse ». Il nous raconte comment il est devenu un Cyrano de Bergerac des temps modernes, draguant des filles sur le net pour que son ami César vive le rendez-vous – le plan cul, souvent – à sa place. Une façon pour César de sortir de son mal-être et de s’épanouir dans sa sexualité et ses relations sentimentales. Entre questionnements sur les bienfaits et les dérives de la rencontre éphémère face à au véritable Amour (celui avec un grand A), Clémence O revient sur ce roman fait de sexe, de séduction virtuelle et d’amitié.

Ce que je raconte, je l’ai vraiment vécu.

Bien sûr tout cela est romancé, mais la première fois que j’ai vu César, à la salle de sport, ça m’a fait comme un flash ! J’avais l’impression que c’était moi à 25 ans. Il était timide et avait des principes de vie très cadrés. Ca m’a créé comme un détonateur et j’ai voulu l’aider à sortir de son carcan à travers la rencontre virtuelle. Ecrire ce livre a été un moyen de refermer un pan de cette histoire pour lui comme pour moi.

Ce qui m’intéressait dans notre relation, c’était de jouer au Cyrano de Bergerac de César et de m’immiscer par des mots dans la tête des gens. J’arrivais toujours à trouver le bon ton pour parler de plaisirs et de fantasmes aux femmes (peut-être grâce à ma profession de rédacteur en chef pour un magazine érotique). Ce qui m’intéressait c’était purement la relation virtuelle. En comparaison, la vie réelle m’ennuie, je la trouve terne et monotone.

Au moins dans le virtuel, les gens se propulsent dans un monde qui n’est pas le leur et vivent une autre vie.

La toile c’est un lâcher prise complet par rapport à notre éducation. On brise beaucoup plus vite les barrières, les gens se livrent plus facilement que s’ils étaient en train de boire un verre en face de vous.

Alors certes, que l’on soit une femme mariée, un jeune célibataire ou un étudiant, les raisons de nous lancer dans la rencontre en ligne diffèrent. Mais dans tous les cas, il y une certaine logique de voyeurisme qui nous motive. On cherche à comprendre les autres et, à travers leur vie, à se comprendre soi-même ainsi que notre propre sexualité. Même s’il est assez tôt pour en parler, je pense que la rencontre en ligne va foncièrement bousculer les rapports humains et la notion même de couple dans les années à venir.

L’avis de Flore Cherry : L’histoire sent le vécu ! Mais au delà de ça, il y a une réelle qualité d’écriture et une richesse de références culturelles, un vrai plaisir littéraire ! En revanche, si vous souhaitez vous plonger dans un livre joyeux qui va vous mettre de bonne humeur le matin, ouvrez plutôt un roman à l’eau de rose. La première scène s’ouvre sur un suicide et le personnage principal garde son ton (et son humour) cynique (mais drôle) du début jusqu’à la dernière page.

 Vous pouvez retrouver Z. Tumeur Amoureuse (aux éditions L’Ecarlate) en cliquant-ici.

Leave a comment

Your email address will not be published.

*